Lycée polyvalent Charles Petiet
Du CAP au BTS : Automobile - Logistique - Commerce - TP Manut
Site de l'académie de Versailles

Accueil > Présentation des lieux > Les salles > Les salles commençant en A

Les salles commençant en A

mercredi 16 janvier 2013 par Le Chef d’établissement

Il s’agit des salles du rez-de-chaussée

Salle Ader

Clément Agnès Ader est un ingénieur français, pionnier de l’aviation, né le 2 avril 1841 à Muret et mort le 3 mars 1925 à Toulouse.

Il aurait été le premier à faire décoller un engin motorisé plus lourd que l’air en 1890. Ce vol, antérieur à celui des frères Wright en 1903, est controversé en raison de doutes sur sa réalité et des caractéristiques de stabilité et de contrôle de l’appareil, le rendant quasiment incontrôlable dans l’air.

Clément Ader était un inventeur imaginatif et fécond : les chenilles de chars, la transmission de son stéréophonique ou « théatrophone », le câble sous-marin, un projet d’embarcation à ailes rasant la surface, les moteurs en V.

Il meurt à 83 ans le 3 mars 1925 à Toulouse après une reconnaissance nationale tardive. L’allure extraordinaire de ses avions en forme de chauve-souris y est sans doute pour beaucoup. Ader est célèbre pour ses « avions », mais moins connu pour ses moteurs à vapeur et à essence. « La vraie carrière d’Ader a été celle de l’ingénieur électricien, spécialisé dans le téléphone et ses dérivés »[25] qui ont fait sa fortune.

Ader aurait dérivé le mot « avion » du terme « aviation » utilisé pour la première fois par le journaliste Gabriel de La Landelle en 1863 (avis signifiant « oiseau » en latin).

Salle Ampère

André-Marie Ampère, né à Lyon le 20 janvier 1775 et mort à Marseille le 10 juin 1836, est un mathématicien et physicien français. Il inventa le premier télégraphe électrique et, avec François Arago, l’électroaimant, et il énonça en 1827 la théorie de l’électromagnétisme. Son nom a été donné à l’unité internationale de courant électrique : l’ampère.

En mathématiques, Ampère travaille entre autres sur la théorie des probabilités et l’intégration des équations différentielles partielles.

En 1820, à partir de l’expérience de Hans Christian Orsted, il étudie la relation entre magnétisme et électricité. Il découvre que la direction dans laquelle se déplace l’aiguille d’une boussole dépend de la direction du courant électrique qui circule à proximité et en déduit la règle du « bonhomme d’Ampère » : le bonhomme est couché sur le conducteur ; le courant, qui va par convention du plus vers le moins, le parcourt des pieds vers la tête ; il a les yeux dirigés vers l’aiguille aimantée. Le pôle nord de cette aiguille se déplace alors vers sa gauche. On lui doit une autre règle : si l’on écarte les trois premiers doigts de la main droite de sorte que le majeur indique la direction du champ magnétique et le pouce celle du mouvement, le courant circule alors dans la direction indiquée par l’index.

La loi d’Ampère la plus connue est celle de l’électrodynamique. Elle décrit les forces que deux conducteurs parallèles parcourus par des courants électriques exercent l’un sur l’autre. Si la direction du courant est la même dans les deux conducteurs, ceux-ci s’attirent ; si le courant se déplace dans des directions opposées, les conducteurs se repoussent. Il décrit également la relation qui existe entre la force du courant et celle du champ magnétique correspondant. Ces travaux fondent l’électrodynamique et influencent considérablement la physique du XIXe siècle.

Ampère interprète le phénomène du magnétisme par la théorie du courant moléculaire, selon laquelle d’innombrables particules minuscules, chargées électriquement, seraient en mouvement dans le conducteur. Cette théorie est rejetée par les scientifiques de l’époque et ne parvient à s’imposer que soixante ans plus tard avec la découverte des électrons.Outre son travail sur l’électrodynamique, il tente d’expliquer certains phénomènes chimiques par la géométrie des molécules et émet parallèlement à Avogadro l’hypothèse que le nombre de molécules contenues dans un gaz est proportionnel à son volume.Il a inventé le galvanomètre, le premier télégraphe électrique et, avec Arago, l’électroaimant. Grâce à Ampère se firent connaître les termes "courant électrique" et "tension électrique". Ce grand physicien nous laisse aussi des empreintes profondes dans les domaines mathématique, chimique et botanique.

Salle d’Alembert

Jean le Rond D’Alembert, né le 16 novembre 1717 à Paris où il est mort le 29 octobre 1783, est un mathématicien et philosophe français.

Il est célèbre pour avoir donné naissance à l’Encyclopédie avec Denis Diderot et pour ses recherches en mathématiques sur les équations différentielles et les dérivées partielles.

Salle Aster

Aster était un équipementier français de l’automobile de 1900 à 1910.
La société produisait des moteurs, des châssis et des boîtes de vitesses pour différents constructeurs automobiles, toutefois, on ne connait pas de construcion complète de véhicules.

Le nom exact de la société était Ateliers de Construction Mécanique L’Aster basée à Saint Denis près de Paris et a présenté en 1900 au salon de l’Auto à Paris un quadricycle à moteur Aster de 3,5 CV.

Parmi les compagnies qui ont utilisé des moteurs et autres pièces Aster, on peut citer Gladiator, Clement et Ariès en France ainsi que Argyll, Dennis, Singer, Swift, West et Whitlock.

Pendant une période, Aster produisit également à Wembley au Royaume-Uni pour le marché britannique.

Salle Aristote

Philosophe grec de l’antiquité, Ἀριστοτέλης [Aristotélês]) est né en - 384 à Stagire (actuelle Stavros) en Macédoine (d’où son surnom de « Stagirite » - Σταγειρίτης), et décédé à Chalcis, en Eubée, en -322.

Il a discuté les thèses philosophiques de son maître Platon et a développé les siennes propres dans le sens d’un réalisme philosophique qui prend en compte les informations fournies par les sens.

Il s’est beaucoup intéressé aux sciences physiques, biologiques, astronomiques, politiques, poétiques, rhétoriques et éthiques. Il est également l’inventeur de la logique formelle, et le premier à parler d’une "science de l’être en tant qu’être" (la métaphysique).


Contact | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée polyvalent Charles Petiet (académie de Versailles)
Directeur de publication : Emmanuel Uteza